Posted on

Différence entre agriculture Bio et Raisonnée

Depuis quelques années, en plus de l’Agriculture Biologique on entendant beaucoup parler d’Agriculture Raisonnée.

Mais en fait c’est quoi l’Agriculture Biologique ? Et l’Agriculture Raisonnée ? Et surtout quelle différence y a-t-il entre les deux ?

L’Agriculture Biologique

« La production biologique est un système global de gestion agricole et de production alimentaire qui allie les meilleures pratiques environnementales, un haut degré de biodiversité, la préservation des ressources naturelles, l’application de normes élevées en matière de bien-être animal et une méthode de production respectant la préférence de certains consommateurs à l’égard de produits obtenus grâce à des substances et à des procédés naturels. Le mode de production biologique joue ainsi un double rôle sociétal : d’une part, il approvisionne un marché spécifique répondant à la demande de produits biologiques émanant des consommateurs et, d’autre part, il fournit des biens publics contribuant à la protection de l’environnement et du bien-être animal ainsi qu’au développement rural. »

« L’agriculture biologique, née dans les années 20, se distingue des autres modes de production agricole en refusant l’utilisation des produits chimiques de synthèse, issus d’une transformation chimique. »

De plus :
« -L’élevage hors sol est interdit.
-Tous les animaux ont accès aux parcours extérieurs et les ruminants pâturent dès que les conditions le permettent.
-Chaque animal dispose d’un espace bien aéré, de lumière et d’une surface minimum, paillée à l’intérieur des bâtiments, lui permettant de se mouvoir librement.
-La densité des animaux et la taille des bâtiments sont limitées.
-Les traitements hormonaux, le clonage et le transfert d’embryon sont interdits.
-En cas de besoin, la priorité est donnée aux médecines douces. »

En bref : l’Agriculture Biologique a été créée afin d’aider à la protection l’environnement (rotation des champs, pas de produis chimiques) et de la santé (pas de produits chimiques ni OGM). Le tout dans un référentiel très réglementé, et avec de nombreux contrôles (visites annuelles et imprévues) par des organismes indépendants.

Pour aller plus loin, le référentiel AB s’applique également aux plats préparés :
« Les plats préparés et tous produits transformés bio ne contiennent pas de colorants et arômes chimiques de synthèse, ni d’exhausteurs de goût.
Le nombre d’additifs autorisés en bio est fortement restreint (une cinquantaine contre plus de 300 en conventionnel) et la plupart sont d’origine agricole ou naturelle. Ne sont autorisés en bio que ceux dont l’usage est indispensable à la préparation ou à la conservation de certains aliments transformés.
L’enrichissement en vitamines, minéraux, antioxydants… est interdit en bio, sauf si cela est exigé par la loi, comme par exemple pour les petits pots pour bébé. »

L’Agriculture Raisonnée

« Les modes de production raisonnés en agriculture consistent en la mise en œuvre, par l’exploitant agricole sur l’ensemble de son exploitation dans une approche globale de celle-ci, de moyens techniques et de pratiques agricoles conformes aux exigences du référentiel de l’agriculture raisonnée.
Le référentiel porte sur le respect de l’environnement, la maîtrise des risques sanitaires, la santé et la sécurité au travail et le bien-être des animaux.
Ses exigences concernent notamment :
– l’accès de l’exploitant et de ses salariés à l’information et la formation nécessaires à la conduite de l’exploitation agricole ;
– la mise en oeuvre d’un système d’enregistrement et de suivi des opérations effectuées et des produits utilisés pour les besoins des cultures et des animaux ;
– la maîtrise des intrants agricoles ainsi que des effluents et des déchets produits par l’exploitation ;
– l’usage justifié de moyens appropriés de protection des cultures et de la santé des animaux de l’exploitation ;
– l’équilibre de la fertilisation des cultures ;
– la mise en oeuvre de pratiques culturales permettant la préservation des sols et limitant les risques de pollutions ;
– la participation à une gestion économe et équilibrée des ressources en eau ;
– la prise en compte de règles dans les domaines de la sécurité sanitaire et de l’hygiène ;
– la prise en compte des besoins des animaux en matière d’alimentation et de bien-être ;
– la contribution de l’exploitation à la protection des paysages et de la diversité biologique. »

Le Référentiel de l’Agriculture Raisonnée comporte 98 exigences nationales autant au niveau de la gestion d’exploitations de production végétale, qu’animale.

La qualification d’une exploitation sous le référentiel « Agriculture Raisonnée » est attribuée pour 5ans (par un organisme certificateur définit par la loi) et un audit de l’exploitation est prévu au cours de cette période.

Au Final C’est quoi la différence ?

Au final, l’idée de base des deux types d’agriculture est la même : le respect de l’environnement.

Cependant, comme expliqué plus haut, l’utilisation de produits chimiques (et d’OGM) n’est pas la même dans les deux. Là où l’une les bannis complètement (AB), l’autre les tolère et les acceptent même sous certaines condition (agriculture raisonnée).

De plus les contraintes sont bien plus importantes pour l’Agriculture Biologique que pour l’Agriculture Raisonnée.

A noter également : l’Agriculture Biologique est définie au niveau européen, alors que l’Agriculture Raisonnée telle que nous la connaissons n’est définie qu’en droit français (il existe ainsi des agricultures raisonnées partout, mais aucune n’a les mêmes exigences).

Sources :

=> http://bio-montpellier.fr
=> http://www.farre.org/
=> http://www.inra.fr/
———-> Dossier INRA sur l’agriculture biologique
=> http://www.agencebio.org/
=> http://www.unebio.fr
=> Décret n° 2002-631 du 25 avril 2002 relatif à la qualification des exploitations agricoles au titre de l’agriculture raisonnée
=> RÈGLEMENT (CE) No834/2007 DU CONSEIL du 28 juin 2007 relatif à la production biologique et à l’étiquetage des produits biologiques et abrogeant le règlement